À l’aube du 23 septembre 1940, le général de Gaulle se présente avec trois bâtiments de guerre des Forces françaises libres devant Dakar, chef-lieu du Sénégal et de l’Afrique occidentale française (AOF). Il est accompagné par une flotte britannique réunissant deux cuirassés, un porte-avions et des destroyers, sous le commandement de l’amiral Andrew Cunningham. C’est l’opération « Menace ».

De Gaulle tente d’obtenir le ralliement à la France Libre du gouverneur de la colonie mais en guise de réponse, celui-ci fait bombarder la flotte. Après trois jours d’hésitations, de Gaulle et ses alliés britanniques se replient. C’est une humiliation immense pour de Gaulle, trois mois à peine après avoir lancé son Appel et fondé la France Libre. Le Premier ministre britannique Winston Churchill est lui-même atteint par ricochet et violemment attaqué aux Commune.


France Libre : une humiliation cinglante en guise de baptême

Un mois plus tôt, Charles de Gaulle a eu la satisfaction d’être rejoint par l’Afrique équatoriale française (AEF), grâce au gouverneur Félix Éboué, au général Edgard de Larminat et au colonel Philippe Leclerc de Hauteclocque.

Il attend du gouverneur de l’AOF Pierre Boisson qu’il rompe avec le gouvernement de Vichy et se rallie à son tour à la France libre, afin de mieux asseoir sa légitimité auprès des Anglo-Saxons. Mais le gouverneur de Dakar, hérissé par l’ultimatum maladroit de l’amiral britannique et le souvenir de l’attaque de Mers el-Kébir, reste fidèle à Vichy. Ses soldats s’emparent des aviateurs venus distribuer des tracts et renvoient le capitaine de frégate Georges Thierry d’Argenlieu, envoyé en éclaireur.

Le lendemain, sur ordre de Winston Churchill, l’amiral Cunningham engage le combat. Il fait tirer sur la ville, sous le regard consterné du général de Gaulle, présent sur l’un de ses navires. Mais le gouverneur ne fléchit pas et l’amiral, n’ayant cure de prendre le risque d’un débarquement, quitte le 25 septembre la rade de Dakar pour Freetown, en Sierre Leone.

Pour la première fois de sa vie, et sans doute la seule, le général de Gaulle aurait alors songé au suicide ! Il en est rapidement dissuadé quand les hommes de son expédition tout comme ses représentants d’Afrique équatoriale lui renouvellent leur fidélité et leur détermination.

Charles Dimalty

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici