« Il faut réinventer une Côte d’Ivoire où il fait bon vivre pour les enfants et où il y a zéro violence faite aux enfants. Agissons de sorte à mieux défendre les droits des enfants et à mieux assurer leur protection. Il y va de la survie de notre société ». Telle est l’interpellation faite par la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, le Professeur Bakayoko-Ly Ramata. Ce, à l’occasion de la 31e édition de la Journée internationale de l’enfance, célébrée le vendredi 20 novembre 2020, à l’esplanade de l’hôtel du District du Plateau. Une occasion dont s’est saisie la ministre Ly-Ramata pour lancer un appel en vue de réinventer, selon elle, une Côte d’Ivoire sans violence faite aux enfants. Un plaidoyer fait devant un parterre de personnalités, dont de nombreux enfants, à cette cérémonie officielle qui a eu pour thème: « Ensemble, réinventons une Côte d’Ivoire sans violences faites aux enfants ». Cette journée, a ajouté la ministre, offre l’opportunité aux États de faire le point sur la situation des droits de l’enfant conformément à la convention des Nations Unies relative à ces droits.
« L’objectif est de proposer un nouveau cadre de protection où tous se donnent les moyens de garantir aux enfants de notre pays, un espace sécurisé pour leur développement », a affirmé la ministre, puis de relever que plusieurs actions en faveur des droits des enfants ont été réalisées dont la plus récente est la création de l’Autorité centrale pour l’adoption en Côte d’Ivoire : « une avancée notable pour protéger l’enfant adoptable au niveau national et international », a-t-elle souligné.
Pour le Représentant résident de l’UNICEF, Marc Vincent, la journée internationale de l’enfance appelle à une prise de conscience et montre surtout que des solutions sont possibles. « Le respect des droits des enfants devrait être une évidence, de même que leur promotion. Ce 20 novembre marque encore notre engagement commun pour la protection de l’enfant », a-t-il déclaré.
Soulignons que l’UNICEF a remis des chèques d’un montant global de 145,524 millions FCFA à huit structures de protection de l’enfant et remplacement qui accueillent des enfants en situation de rue.
« Nous sommes heureux de remettre ce chèque. Notre but à terme est de permettre à ces enfants de retourner en famille et d’y rester, de repartir à l’école pour certains et d’apprendre un métier pour d’autres », a dit le Représentant résident de l’UNICEF, Marc Vincent, au cours de la célébration de cette 31e édition de la Journée mondiale de l’enfant, au Plateau.
Pour leur réinsertion durable en famille, l’UNICEF compte continuer son appui aux familles de ces enfants pour un montant de 300 millions FCFA.
« Ces familles ont déjà reçu 130 millions FCFA. Depuis le déclenchement de la crise sanitaire de Covid-19, l’UNICEF a contribué à hauteur de plus de 650 millions FCFA au titre du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant pour réduire l’impact du Covid-19 sur les populations vulnérables notamment les enfants », a-t-il signifié.
Au nom des bénéficiaires, le Père Elie Assogba, a traduit leur reconnaissance pour cet appui. « Nous sommes touchés, émus de ce geste. Quand il s’agit de la protection de l’enfant, il n’y a pas de frontière, de religion, de couleur de peau », a-t-il dit en assurant de la bonne gestion des montants reçus.

Audace24.com avec Sercom

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici