Dans des tweets postés ce vendredi 20 novembre 2020, Henri Konan Bédié, président de la Coalition pour la réconciliation, la démocratie et la paix (CDRP) est revenu sur ses conditions intangibles pour un dialogue avec Ouattara. Pour Bédié, aucun dialogue ne peut être entamé avec des opposants en détention.  «Ce sont là des préalables non négociables et je pense bien que, dans quelques jours, ces différentes libérations seront faites pour que nous puissions reprendre le dialogue. J’ai donc suspendu ce dialogue, jusqu’à ce que nos frères soient libérés. J’ai suspendu également ce dialogue jusqu’à  ce que ceux qui ont été forcés de fuir à l’étranger opèrent un retour sécurisé chez nous», a martelé Bédié. Avant de déplorer les morts survenues lors des manifestations.  «Nous avons engagé le combat, à la demande de toutes les forces vives de l’opposition et de la société civile. Nous déplorons les morts, les blessés qui ont subi la répression brutale du régime au pouvoir», a-t-il déclaré. Et de conclure.  «Il n’est pas possible de continuer ce dialogue sans la levée du blocus qui assiège encore quelques uns d’entre eux comme Hubert Oulaye», a déclaré Bédié. Pour rappel, le 11 novembre 2020, Ouattara a sollicité un dialogue avec l’opposition. En vue de régler la crise électorale. Une rencontre a eu lieu le 11 novembre, entre Bédié et Ouattara pour amorcer le dialogue. Mais depuis le 3 novembre 2020, plusieurs opposants sont en détention. Leur libération est exigée par Bédié avant tout dialogue.

Charles Dimalty 

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici