Allan Aliali, journaliste et patron de presse, sera devant le juge jeudi 7 janvier 2021. Il est traduit devant le tribunal de première instance par l’un de ses anciens employés, San Aubin. 

Après plusieurs années d’arriérés de salaire, l’ancien chef du service Sport-culture du quotidien d’Abidjan avait saisi l’autorité nationale de la presse (ANP). Bien qu’ayant reconnu les faits qui lui sont reprochés, Allan Aliali ne s’est pas s’exécuté. Quelques mois après la plainte du journaliste, le patron d’Aymar Group change  le nom de l’entreprise de presse qui devient Kaizen ADL. La médiation de la direction de l’inspection du travail a accouché d’une souris puisqu’Aliali Allan a refusé de se conformer. Devant ce blocage, San Aubin a saisi le tribunal du travail. A son audience publique ordinaire du mardi 30 décembre 2019, au Palais de Justice d’Abidjan, Allan Aliali n’a pas comparu pour faire valoir ses moyens de défense. Le tribunal de Première Instance d’Abidjan a donc condamné ‘’Le Quotidien d’Abidjan’’ pour non-paiement des  arriérés de salaires de juillet 2017 à mai 2019. Le 04 juin 2020, Allan Aliali a fait appel. Il sera le jeudi 7 janvier 2021,  face à son ex-collaborateur, San Aubin. Pour rappel, 

San Aubin n’est pas le seul à porter plainte contre Allan Aliali. Avant lui, il y a eu Emmanuel Akani, Paul Tayoro et bien d’autres. Akani et Tayoro dont les affaires ont été déjà tranchées ont gagné leur procès. Dans le cas spécifique de Tayoro, Allan Aliali devrait payer 6 millions. Mais depuis, il se débine. Pour espérer se soustraire à la justice, il a cru trouver la solution en changeant la dénomination de la maison d’édition mais c’est le même titre. 

Dan Opéli

1 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici