Le Président de la plate-forme EDS demande à Alassane Ouattara de tirer toutes les conséquences de l’ordonnance rendue vendredi 25 septembre par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples(CADHP), pour que Laurent Gbagbo soit rétabli dans ses droits. » EDS appelle le gouvernement et le Chef de l’État à tirer toutes les conséquences de cette ordonnance de la CADHP afin que, dans le respect des engagements internationaux librement pris par l’État de Côte d’Ivoire, le président Laurent Gbagbo soit rétabli dans ses droits de citoyen et d’electeur », a déclaré le professeur Armand-Georges Ouégnin au cours d’un point de presse au siège du FPI. Il demande également au Chef de l’État de créer un véritable cadre de concertation pour une réforme en profondeur du cadre législatif et institutionnel des élections qui doivent être démocratiques, transparentes, inclusives et apaisées.
Vendredi 25 septembre, la Cour Africaine a rendu une ordonnance invitant l’État ivoirien de suspendre la mention de condamnation du casier judiciaire de Laurent Gbagbo et de prendre toutes les mesures nécessaires pour lever tous les obstacles empêchant la réinscription de Laurent Gbagbo sur la liste électorale.
L’avocat de Laurent Gbagbo avait saisi la CADHP le 4 septembre.

Dan Opéli

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici