Michel Gbagbo rassure les militants du Front populaire Ivoirien(FPI) et tous les Ivoiriens qui souhaitent le retour de Laurent Gbagbo.  » Laurent Gbagbo aura son passeport, il reviendra en Côte d’Ivoire, il sera candidat et les Ivoiriens le réinstalleront là ils faut », a déclaré, ce samedi 1er août , à Bonoua, le fils aîné de l’ancien Président ivoirien.
Le Secrétaire général adjoint du FPI était l’invité spécial de la Fédération FPI de Bonoua. Celle-ci tenait une Assemblée générale extraordinaire. Un seul point à l’ordre du jour: la position de la fédération sur la proposition de Laurent Gbagbo comme candidat du FPI à la présidentielle. En présence d’Innocent Akoï, ex-président du Conseil général de Grand -Bassam, de Gnakouri Grodji, Secrétaire général adjoint de l’UNG, le secrétaire fédéral Marcel Kissi et ses camarades ont adopté une motion qui dit oui à la candidature de Gbagbo. L’idée de cette candidature a été initiée par la fédération FPI du Tonkpi dirigée par Charles Dosso au cours d’un séminaire début juillet. Selon Michel Gbagbo, cet appel s’est avéré contagieux. La direction du parti attendait organiser un congrès pour rendre hommage au fondateur et président du parti pour son combat héroïque à la CPI et le désigner comme candidat. Mais à cause de la pandémie du COVID-19, des telles assises ne pouvaient se tenir. Aussi a-t-elle saisi au bond l’idée lancée par la fédération du Tonkpi et réitérée par d’autres fédérations.

Des élections sans électeurs et sans candidats

Pour le secrétaire général adjoint du FPI, la candidature de Laurent Gbagbo sera effective même si ce n’est pas ce que souhaite le régime d’Abidjan.  » Les autorités actuelles veulent des élections sans électeurs et sans candidats, », a dénoncé Michel Gbagbo. Il l’a dit en référence au nom de Laurent Gbagbo disparu sur la liste électorale remise aux partis politiques. Même si ce nom est réapparu quelques heures après, Michel Gbagbo y voit un plan du régime pour user d’artifices juridiques afin d’écarter des candidats et des manœuvres pour spolier beaucoup d’Ivoiriens de leur droit de vote. « Si on se permet d’extraire le nom de Laurent Gbagbo, imaginez combien de noms d’anonymes qu’ils feront disparaître. C’est pourquoi nous exigeons l’audit de cette liste », a justifié le Secrétaire général adjoint du parti de Gbagbo. Mais il insiste sur le fait que, c’est avant tout , la mobilisation des Ivoiriens qui fera que la liste électorale sera assainie.

Le combat de la souveraineté

Le fils de Laurent Gbagbo a dit qu’il est aussi Abouré car fils de Simone Gbagbo qui est Abouré. Aussi a-t-il salué le combat de ses parents pour leur engagement dans le combat. Le combat de la souveraineté « afin que nous soyons propriétaires de notre pays ». « Pour ce combat, certains de nos parents sont morts. Beaucoup ont perdu leurs emplois ou subissent quotidiennement des humiliations. Nous avons beaucoup sur le coeur mais nous ne sommes pas ici pour pleurer mais vous demander de prendre courage et de continuer le combat », a-t-il recommandé. Continuer le combat avec Laurent Gbagbo  » le seul capable de redonner la dignité aux Ivoiriens ».

Avant de se rendre à la réunion fédérale, Michel Gbagbo a rendu visite à Ayaou, à des pionniers du combat de la démocratie engagée par Laurent Gbagbo et est passé, à Bonoua, exprimé sa compassion à deux familles en deuil. Les familles de feu N’Ta Samuel au quartier Broukro et de feu Kouamelan Yampoin au quartier Begnéri.

Dan Opeli,envoyé spécial à Bonoua.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici