Vitry, le 22 Mai 2020

MOUVEMENT DE SOLIDARITE DEMOCRATIQUE
MSD
37, Rue Vercingétorix
94400 VITRY SUR SEINE

                                                                                 Monsieur le Président  de l’Assemblée Nationale
                                                                                               126, Rue de l’Université
                                                                                                        75007 PARIS

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Nous, Mouvement de Solidarité Démocratique de la Société Civile Ivoirienne, vous adressons la présente lettre ouverte au sujet des prochaines élections du mois d’octobre 2020 en Côte d’Ivoire.
Il ne fait nul doute, dans l’opinion africaine actuelle, que le choix de nos dirigeants est décidé depuis l’Occident, notamment depuis la France.
L’histoire ressente de l’Afrique francophone, sans leur donner tort, montre combien que ces choix ont été dommageables pour nos pays : coups d’état militaires, rébellions armées, guerres civiles, gestions désastreuses des crises par les forces en place, retard de développement…
En ce qui concerne la Côte d’Ivoire, il est à craindre le développement d’un sentiment anti-français motivé par les déclarations de Monsieur F.F. DERECKSSEN, ancien membre de l’Organisation des illuminati qui a affirmé dans une déclaration diffusée sur les réseaux sociaux et web, que la France a mis au point un plan d’extermination des Ivoiriens afin de maintenir Alassane Dramane Ouattara au pouvoir, (taper sur Google : Côte d’Ivoire : témoignage d’un ex-illuminati deuxième partie) et la mauvaise gestion des différentes crises de notre pays :
De Duékoué, de Bahibly et d’Anonkouakouté et encore les soixante Gendarmes, plus trente-sept jeunes filles Baoulé à Bouaké, et ni les bombardements du palais présidentiel qui ont entrainé la chute du régime Gbagbo et la déportation de celui-ci avec le ministre Charles Blé Goudé à la prison de Scheveningen à La Haye au Pays Bas.
Nous connaissons tous la suite de cette affaire : Non seulement les 42 témoins de la défense ne seront jamais entendus ! Mais 82 témoins de l’accusation, ont offert des témoignages qui, contre toute attente, ont blanchi les accusés, qui du reste sont à ce jour assignés à résidence au mépris de la loi et de droit de l’homme. Ce que nous qualifions de déportation pour satisfaire les intérêts politico-économique de la France d’une part et aussi d’autre part des grands groupes puissants de chocolatier pour mettre la Côte d’Ivoire sous tutelle et l’annexer à l’instar du Congo RDC, du Soudan et de l’Ethiopie. Nous vous rappelons que le cas de Monsieur Gbagbo, à s’y méprendre, ressemble étrangement à ceux de Toussaint Louverture, Al mamie San Mory Touré et Béhanzin…
Parlant de la même crise, sans doute, aviez-vous vu ces images sur les réseaux sociaux montrant une prise de partie affichée des forces françaises et de l’ONU-CI pour Monsieur Alassane Dramane Ouattara. Peut-être ne le saviez-vous pas ; mais la mise sous embargo de médicaments sur la Côte d’Ivoire et la mort de milliers de malades : Les femmes enceintes, les bébés qu’on ne peut compter et les adultes sur leur lit d’Hôpital ne sont jamais sortis : (Ce qui constitue crime contre Humanité).
Les médicaments, pour des raisons purement cyniques, étant interdits d’envoi en Côte d’Ivoire, des gens sont morts par milliers, autant que ceux qui l’ont été par balles ; comme en novembre 2004 où, depuis les hélicoptères, les forces françaises tiraient sur les populations aux mains nues après avoir détruit tous les aéronefs qui sont stationnés au sol.
Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il est à craindre une nouvelle guerre civile en Côte d’Ivoire. Parce qu’à l’approche des prochaines échéances électorales d’octobre 2020, la situation reste explosive dans le pays : Les poursuites judiciaires tous azimuts, la réconciliation nationale non faite ; les sentiments de frustration des populations ivoiriennes dans leur ensemble.

Pour nous, Mouvement de Solidarité Démocratique de la Société Civile, la seule alternative salutaire est l’instauration d’une Transition Démocratique, Consensuelle, Pacifique et Inclusive, avec mis en place d’une assemblée constituante et un gouvernement dirigé par un premier ministre.
Cette assemblée constituante sera composée par des représentants :
Des paysans, des artisans, des chefferies traditionnelles, des couches socioprofessionnelles et des organisations de la société civiles et politiques à répartition égalitaire en nombre.
Tout candidat au poste de premier ministre devra se soumettre au vote devant l’Assemblée Constituante et présenter un projet de Société pour la Côte d’Ivoire.
Dans cette configuration trois candidats pourront solliciter le soufrage de la constituante, et le candidat qui aura obtenu la majorité de soufrage sera déclaré premier ministre de la Transition.
Le Premier ministre au terme de la transition (3 ans+1) devra obligatoirement organisé les élections présidentielles auxquelles il n’aura droit de se présenter lui-même.
Le but de cette lettre est de vous interpeler, avec force, sur vos erreurs passées et vous demander solennellement et poliment de rester à l’écart du choix des candidats et des discussions ivoiro-ivoiriennes. Nous connaissons déjà vos choix, que nous ne manquerons pas de dénoncer au peuple ivoirien dans les jours avenir.
A notre sens, le futur président démocratiquement élu, quel que soit son bord politique, saura protéger les intérêts français pour lesquels la France couvre les dictateurs africains causant tant de morts en Afrique et en particulier en Côte d’Ivoire.
Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, l’expression de notre haute Considération distinguée.

JEAN BLEZON
Président : du Mouvement de Solidarité
De la Société Civile Ivoirienne

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici