L’ex-président français Nicolas Sarkozy, ne s’est pas écroulé seul. Face aux démêlés judiciaires qu’il traîne au pied depuis des années. Selon Médiapart, dans sa publication de ce mardi 29 décembre 2020, Nicolas Sarkozy a drainé avec sa condamnation, plusieurs autres condamnations de 8 de ses  proches. Toutes des personnes de son cercle restreint, mises en examen pour diverses infractions pénales. Ce sont, Bernard Arnault, le  témoin de mariage de Sarkozy. Il a été condamné à cinq ans de prison dont deux avec sursis pour «complicité et recel d’abus de biens sociaux » dans l’affaire Karachi. Michel Gaudin, le chef de cabinet de Sarkozy. Condamné à dix mois de prison avec sursis pour «détournements de fonds publics », dans l’affaire des primes au ministère de l’intérieur. Il y a Ziad Takieddine, intermédiaire de Sarkozy. Condamné à cinq ans de prison ferme, toujours dans l’affaire Karachi. Il est aussi mis en examen pour «complicité de corruption et de trafic d’influence et détournements de fonds publics », dans l’affaire des financements libyens. Ensuite, Patrick Buisson, un conseiller de Sarkozy. Condamné pour « atteinte à la vie privée», dans l’affaire des enregistrements clandestins. Ce dernier sera jugé pour «recel de favoritisme», «abus de biens sociaux et détournements de fonds publics», dans l’affaire des sondages de l’Élysée, sa ministre de l’économie, reconnue coupable de «négligence» mais dispensée de peine, dans l’affaire Tapie. Christian Flaesch, le policier de Sarkozy. Il est mis en examen pour «violation du secret de l’enquête et entrave aux investigations », dans l’affaire LVMH. Alexandre Djouri, l’intermédiaire, mis en examen pour «corruption», «complicité de détournements de fonds publics», «blanchiment de corruption », « blanchiment de fraude fiscale, faux et usage de faux », dans l’affaire des financements libyens. Enfin, Boris Boillon, le diplomate de Sarkozy. Il a été condamné pour « blanchiment de fraude fiscale » et « manquement à l’obligation déclarative de transfert de capitaux », dans l’affaire des espèces de la Gare du Nord. Pour rappel, deux ans de prison ferme et deux autres années avec sursis. Au total, quatre (4) ans de prison. Tel a été le verdict au procès des « écoutes », 4 ans de prison dont 2 ferme requis contre Nicolas Sarkozy. Dans le procès de l’affaire. Le parquet national financier a requis ce mardi 8 décembre quatre ans de prison, dont deux avec sursis, à l’encontre de l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire dite des «écoutes»

Charles Dimalty 

2 COMMENTAIRES

  1. Personne doit être au déçu de la loi !
    Si les faits sont avérés il devrai purger la peine requise par la justice de son pays
    A. Beke

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici