C’est une vérité.  Les sentiments français grimpent en Afrique. Et dernièrement en Côte d’Ivoire. Après l’intervention de Macron à Jeune Afrique, au cours de laquelle il a déclaré que Ouattara a été candidat par devoir. Une interview qui continue de susciter colère et indignation. Tout comme la jeunesse africaine, de plus en plus décomplexée,  veut se soustraire de la tutelle coloniale française.   «Ces jeunes que voyez dans les  capitales africaines crier liberté et souveraineté, n’ont même pas connu l’époque des  coopérants français en Afrique, donc ils s’en foutent de la France» , confie K Hamed un consultant.   «Ils demandent que la France reconsidère sa politique en Afrique.  Le sentiment anti-francais était déjà en Afrique. Mais il faut le dire, il a atteint son pic avec l’intervention militaire de la France en Libye et en Côte d’Ivoire en 2911, le tout avec la déportation de Gbagbo à la CPI» , explique ce jeune consultant en communication.   «En clair,  la jeunesse africaine veut être  libre de choisir ses dirigeants en toute transparence, loin des influences de l’Elysée. Alors que ce n’est pas le cas. C’est ce qui fâche la jeunesse africaine. La France peut organiser toutes sortes de conférences, de colloques qu’elle veut en Afrique, mais tant que la jeunesse n’aura pas eu de satisfaction sur cet aspect, tout ce que fera Paris   sera sans valeur» , ajoute-t-il. Pourtant à Paris, on n’entend pas les choses de cette oreille. Macron le président français tente de trouver un bouc- émissaire à ce sentiment français en Afrique. Il y voit la main de la Russie et de la Turquie. C’est ce qu’il dit dans son interview accordée à Jeune Afrique .  «Il y a une stratégie à l’œuvre, menée parfois par des dirigeants africains, mais surtout par des puissances étrangères, comme la Russie ou la Turquie, qui jouent sur le ressentiment post-colonial (…) Il ne faut pas être naïf: beaucoup de ceux qui donnent de la voix, qui font des vidéos, qui sont présents dans les médias francophones sont stipendiés par la Russie ou la Turquie» , accuse le président français. De quoi à heurter une grande partie de l’opinion africaine.   «C’est un regard très raciste sur l’Afrique. Nous africains,  nous sommes bien conscients de notre souffrance. Macron  pense que nous ne sommes pas suffisamment conscients pour  savoir ce qui est  bon pour nous, au point d’attendre que des puissances étrangères nous manipulent. Mais pourquoi la France qui est trop présente en Afrique ne nous manipule pas aussi? » ,  Ajoute K Konan, jeune étudiant. 

A M K

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici