Sur sa page Facebook, le samedi 17 octobre 2020, Pascal Affi N’Guessan exprime sa détermination à poursuivre le combat pour des élections en conformité avec la constitution. “Incendier ma résidence ne m’empêchera pas de continuer à dire, NON ! à la forfaiture et au 3ème mandat illégal de Ouattara », rapporte la page Facebook Affi N’Guessan Comm.
Samedi 17 octobre, de graves échauffourées ont eu lieu à Bongouanou, la ville natale de l’ancien Premier Ministre, entre les populations autochtones Agnis et les allogènes. Les uns appliquent le mot d’ordres de boycott actif de la présidentielle. Les autres y sont favorables. C’est dans ce contexte que la résidence d’Affi N’Guessan a été incendiée. En représailles, le feu a été mis aux magasins des commerçants allogènes.
Affi N’Guessan du FPI est candidat retenu pour la présidentielle du 31 octobre tout comme Henri Konan Bédié du PDCI. Mais les deux disent ne pas être concernés par le scrutin tant que la candidature jugée anticonstitutionnelle d’Alassane Ouattara n’est pas retirée et que la commission électorale et le Conseil constitutionnel jugés inféodés au pouvoir ne sont pas reformés. En plus de ces deux leaders, tous les dirigeants de l’opposition sont unis contre la candidature d’Alassane Ouattara. Ils réclament le retrait de cette candidature, le report du scrutin, la réintégration des candidats recalés, le dialogue pour définir un nouveau cadre organisationnel. Le pouvoir dit niet.

Georges Liépo

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici