Radiés de la liste électorale, Laurent Gbagbo et Guillaume Soro pourraient y être réintégrés. Cette hypothèse est émise depuis les huis clos préparatoires de la rencontre Macron-Ouattara qui va avoir lieu ce 2 septembre ou au plus tard le jeudi 3 septembre à l’Élysée.


Des sources proches de la présidence française rapportent en effet que la rencontre ne sera pas du tout favorable au Chef de l’État ivoirien. C’est la dernière rencontre des deux personnalités avant la présidentielle du 31 octobre en Côte d’Ivoire. Elle a été programmée après des manifestations contre le 3ème mandat d’Alassane Ouattara. Des manifestations au pays et en Europe. Celles du pays ont donné lieu à des tuéries, des arrestations et des destructions de biens publiques et privés. Alors, le président Macron qui avait félicité en mars le président Ouattara pour sa décision de ne pas briguer un 3ème mandat veut savoir les fondements juridiques de la volte-face. Nos sources révèlent qu’Emmanuel Macron a associé Nicolas Sarkozy à ces pourparlers d’avant cette rencontre. Et ce, pour deux raisons. C’est l’ami personnel de Ouattara et c’est sous sa présidence que la France avait mis tous les moyens pour installer l’actuel Chef d’État ivoirien.
Le président du RHDP fait une démonstration digne d’un acrobate juridique. Macron et ses conseillers juridiques ont du mal à suivre Alassane Ouattara. Nicolas Sarkozy qui est juriste n’est pas non plus convaincu. L’argument selon lequel, « c’est le 1er mandat de la 3ème République » est jugé inopérant et constituerait un précédent dangereux pour toute l’Afrique. Il suffirait que chaque président s’y prenne comme Ouattara. Attendre d’être élu pour un second mandat et procéder immédiatement à un changement constitutionnel pour remettre les compteurs à zéro. Pour Macron, il ne faut pas encourager cela.
Par ailleurs, le président français veut savoir les raisons de la radiation de Laurent Gbagbo et de Guillaume Soro de la liste électorale. Le Chef de l’Etat ivoirien évoque leur condamnation par contumace. Des condamnations que son homologue français ne comprend pas non plus. Ce d’autant qu’il lui été rapporté que les 20 ans de prison ont été distribués à tous les opposants. Pire, Emmanuel Macron fait le constat qu’une condamnation par contumace n’est pas définitive. Le code pénal ivoirien étant presqu’une copie du code pénal français.
« Face à ces deux demandes d’explication, Alassane Ouattara n’est pas convaincant. Alors les émissaires de Macron lui ont rappelé que la France a d’énormes intérêts en Côte d’Ivoire. Elle ne souhaite donc pas une autre crise aigüe dans ce pays à cause des élections. Ils proposent donc deux choses: que Ouattara désigne un autre candidat à qui la France apportera tout son soutien ou qu’il laisse tout le monde compétir à titre exceptionnel pour préserver la paix. Ouattara est pour la deuxième option
« , révèle notre informateur. Selon la constitution, Ouattara n’est pas éligible et selon le code électoral, Gbagbo et Soro ont été radiés de la liste électorale. Il s’agira donc de prendre des mesures spéciales pour que tout le monde soit candidat. Une sorte d’article 48 bis , article 48 dont avait usé Laurent Gbagbo pour qu’Alassane Ouattara soit candidat en 2010. «  Soro a un lobby en France. Il a aussi ses alliés à l’Élysée. Ce sont eux qui lui ont dit tout ce qui se trame et c’est pourquoi il a déposé sa candidature. Les proches de Gbagbo ont aussi été mis dans la confidence. C’est aussi pourquoi, ils ont déposé la candidature de leur mentor. Les membres du gouvernement impliqués dans le processus électoral ont eu vent des coulisses d’avant la rencontre. Ils ne devraient donc ni empêcher les dépôts des dossiers ni réprimer les partisans des deux personnalités. Côté CEI, on a aussi reçu des instructions pour que les dossiers soient réceptionnés« , soutient notre source. Les pro-Gbagbo et les pro-Soro ont-ils le droit d’y croire? Il faut attendre la rencontre et le retour d’Alassane Ouattara à Abidjan.

Dan Opéli

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici