Déclaration de la Jeunesse du Front Populaire Ivoirien relative à l’agression des étudiants au Campus de Cocody.

Nous apprenions avec stupéfaction ce mardi 20 Octobre 2020, la tentative d’annexion du Campus de Cocody par une horde de miliciens, armés de gourdins et de machettes qui s’en sont pris violemment aux étudiants et avec pour cibles spécifiques ceux notamment appartenant à la puissante FESCI.

Choqués par ces pratiques moyenâgeuses, qui visent à soumettre des apprenants qui n’ont fait que réclamer la suppression de frais annexes, dont les coûts prohibitifs et inutilement élevés impactent sur le pouvoir d’achat des parents d’élèves et constituent des motifs de déscolarisation des enfants provenant de couches défavorisées.

Convaincus de la justesse et de la pertinence des revendications portées par la FESCI, les jeunes du Front Populaire Ivoirien,
tiennent à apporter à celle ci et à tous les élèves et étudiants de Côte d’Ivoire leur soutien inconditionné tout en les rassurant de leur engagement constant à leurs côtés.

Partant, Nous condamnons cette barbarie sans nom et nous exigeons du gouvernement, qui s’est jusque là complu dans un silence coupable face à des faits d’une telle gravité, de mettre en place une commission d’enquête indépendante qui va se charger d’identifier les auteurs et commanditaires de cette horrible attaque et de les déférer devant les juridictions compétentes.

Aussi, nous leur demandons de garantir l’inviolabilité de l’espace universitaire en garantissant la sécurité aux périmètres externes des espaces universitaires , de faire cesser immédiatement et partout sur toute l’étendue du territoire cette collusion avérée que nous constatons entre les forces de l’ordre et les microbes qui paraissent agir de concert et de connivence comme cela a été constaté à Cocody de façon flagrante et de promouvoir avec les syndicats et associations un dialogue constructif.

Enfin, nous réclamons la démission de Madame Kandia Camara, qui par son incompétence, son avidité légendaire et sa sainte horreur du dialogue demeure l’unique problème de l’école ivoirienne et la seule responsable des violences d’hier.

Que Dieu bénisse les élèves et étudiants de Côte d’Ivoire.

Fait à Abidjan, le mercredi 21 Octobre 2020
Pour la Jeunesse du Front Populaire Ivoirien
Dahi Nestor

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici