Demba Moussa Dembélé, directeur du forum africain des alternatives

Face à la contestation croissante du franc CFA en Afrique de l’Ouest, Emmanuel Macron et Alassane Ouattara ont annoncé fin décembre une « réforme historique ». Un aménagement du système qui entrave en réalité un projet de monnaie commune concurrente.
Le dimanche 24 mai 2020, Demba Moussa Dembélé, directeur du forum africain des alternatives, Interwiew accordée à la BBC, l’analyste démontre en quoi la France, annonçant officiellement son départ, a encore une mainmise sur la nouvelle monnaie africaine de l’ex-zone CFA.

Pour ceux qui ne maîtrisent pas les termes économiques, que signifie concrètement la loi votée par la France à propos du franc cfa?

Le 21 décembre 2019, à Abidjan, les présidents français et ivoirien ont créé la surprise au sujet du franc CFA, perçu selon Macron « comme l’un des vestiges de la Françafrique ». Cette loi vise donc à mettre en œuvre la décision prise ce jour là. Elle met donc fin à l’emprise économique qu’avait la France sur les États africains à partir de cette monnaie créée par le général De Gaulle le 26 décembre 1945 sans même concerter qui que ce soit, a déclaré Moussa Dembélé.

La France se retire t-elle de la gestion de cette monnaie? Qui la remplace donc dans le rôle qui lui était attribué?

La France reste toujours. Car elle aura un rôle de garant. Et ce rôle lui permettra de porter un regard sur les pays membres de l’UEMOA en cas de difficultés d’importation de leurs produits ou d’autres obligations internationales. La France pourra donc intervenir à ce niveau. Une réserve d’échanges donc.

Les États de l’UEMOA ne sont plus tenus à déposer les réserves d’échanges de la Bceao sur un compte à Paris. Est-ce que ces réserves qui avaient déjà été déposées sur les comptes seront déversées aux pays de la sous-région?

Non. La Bceao a la possibilité de laisser l’argent là elle pourra mieux le régler.

Elle pourrait donc rester en France?

Exactement, elle pourra rester en France, en Allemagne, aux États Unis, en Turquie, en Angleterre…

Rotar Obery

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici