Après 5 mois de détention, les quatre (4) activistes de Générations et Peuples Solidaires (GPS) ont été libérées, sans condition, précise une source judiciaire, ce mercredi 27 janvier 2021, après avoir été entendues par un juge d’instruction au premier cabinet du Tribunal du Plateau. Ce sont Anne-Marie Bonifon, coordinatrice nationale du GPS Henriette Sonnebo Guei, Naminata Koné dite Amy Diaga et Kouigninon Irène Pan épouse Todé. Elles sont toutes des activistes politiques membres du parti GPS, le parti de Soro Guillaume . Elles étaient 5 à être arrêtées le 13 août 2020, lors de la toute première marche de l’opposition contre la candidature de Ouattara, le 13 août 2020. Elles ont été placées  sous mandat de dépôt à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA). Une première avait été mise en liberté provisoire, Ange-Marie Yéo,  depuis le vendredi 22 janvier 2021, pour raison de grossesse.

Le 9 décembre 2020, dans un rapport, Amnesty International avait exigé la libération des 6 femmes activistes arrêtées. Dont Pulchérie Gbalet, Coordinatrice nationale de la plate-forme Action citoyenne ivoirienne (ACI), initiatrice de la marche du 13 août 2020, contre la candidature de Ouattara à un troisième mandat. Pulchérie Gbalet a été arrêtée le samedi 15 août 2020, à Yopougon (nord d’Abidjan), pour incitation à la révolte, à la violence et à l’insurrection et a été détenue dans les locaux de la Police spéciale de l’Unité de lutte contre le grand banditisme (ULGB), à l’hôtel Sebroko. Le lundi 10 août 2020, Pulchérie avait animé une conférence de presse pour lancer un appel à la marche du jeudi 13 août 2020, contre cette candidature de Ouattara. 

Charles Dimalty 

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici