Dans un communiqué intitulé «Non au rattrapage judiciaire», rendu public ce dimanche 22 novembre 2020, Samba David, Coordinateur de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire (Cici) se dit préoccupé par les 98 arrestations opérées dans le cadre la mort de l’adjudant l’Adjudant Sanogo Seydou, porté disparu le 31 octobre 2020. Pour Samba David, si justice doit être rendue pour ce crime condamnable, qu’il en soit de même pour tous les crimes commis pendant les manifestations contre le 3e mandat. Lire le communiqué.

Non au rattrapage judiciaire

Monsieur le Procureur de la République Adou Richard, hier, par voie de presse, nous avons appris l’arrestation de 98 personnes dans le cadre du décès de l’adjudant Sanogo. Nous dénonçons le fait que dans certains cas des personnes soient précipitamment arrêtées avant l’ouverture de l’enquête et dans d’autres cas tels que l’assassinat de plus d’une centaine de manifestants aux mains nues, aucune interpellation ne soit annoncée.
Le cas le plus flagrant qui suscite notre indignation est celui du jeune décapité dont les images des bourreaux pullulent la toile.
Nous exigeons que la justice soit au service de tous les ivoiriens et non des privilégiés et de contribuer à la paix et la réconciliation par une justice juste.

Fait à Abidjan, le 22 novembre 2020

Samba David
Coordonnateur national de la Coalition des Indignés de côte d’ivoire

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici