«C’est une décision satisfaisante pour les intérêts de mon client. Parce que pour lui, il était fondamental que ses droits civiques soient reconnus. C’est une décision dont on attend que dans l’ entre-temps que celle-ci soit regardée au fond, le Président Laurent Gbagbo, en termes de mesures provisoires, soit inscrit sur la liste électorale. Une telle décision conjuguée à celle de M. Soro, devra faire un déclic nécessaire pour que les choses se passent au mieux. Parce que ce serait de nature à décrisper l’atmosphère dans notre pays». C’est en ces termes que réagit l’avocat Maître Maintenon. Suite à la saisine faite de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples sur l’affaire Laurent GBAGBO. Au cours d’un entretien accordé à RFi, ce samedi 26 septembre 2020. Non sans faire savoir qu’il ne présume pas sur la bonne ou mauvaise foi du pouvoir ivoirien. Quant à l’exécution de l’ordonnance de la Cour africaine. «Nous ne voulons pas faire de procès d’intention sur l’État de Côte d’Ivoire. Pour dire s’il va accepter ou s’il ne va pas accepter d’appliquer l’ordonnance. Toujours est-il que le temps viendra et on pourra aviser », a prévenu l’avocat de Laurent Gbagbo qui ajoute qu’il est temps de retrouver le nom de Laurent Gbagbo sur la liste électorale. 

Charles Dimalty  

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici