Communiqué des avocats de SORO GUILLAUME suite à l’enlèvement ce jour vers une destination inconnue de Soro Simon et Kando Soumahoro..

COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DES AVOCATS DE Mr SORO GUILLAUME :

Ce jour, Monsieur Simon SORO et Monsieur le député Kando SOuMAHORO ont fait l’objet d’un transfert depuis la clinique Farah, vers une destination inconnue, en dehors de tout cadre légal, laissant craindre un risque imminent pour leur sécurité, leur santé et leur vie.Ses deux proches de M. Guillaume Kigbafori SORO sont incarcérés depuis le 23 décembre 2019, en violation de l’ordonnance rendue par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples du 22 avril 2020, qui a exigé leur remise en liberté immédiate, ainsi que celle de 17 autres
détenus.
Depuis cette date, leurs états de santé respectifs connaissent une dégradation progressive,
notamment en raison des conditions sanitaires déplorables des établissements carcéraux au sein
desquels ils ont été écroués.

Infectés du COVID-19 depuis leur incarcération, Messieurs SORO et SOUMAHOR ont été placés
en soin d’urgence à la Clinique Farah depuis leur nuit d’admission, et y recevaient des soins jusqu’à ce jour. Leur transfert forcé, sans certificat médical attestant d’une rémission, et sans que leurs avocats en soient informés, constitue une violation des droits de la défense et un énième traitement inhumain et dégradant de ces otages politiques du gouvernement ivoirien.
Ce transfert forcé présente également un risque sanitaire majeur, sans qu’aucun médecin n’ait établi que leur état était compatible avec cette situation de tension. Ces agissements démontrent l’acharnement du pouvoir judiciaire, sous l’autorité de M. Alassane OUATTARA, contre ces personnes, au seul prétexte de leur proximité avec M. Guillaume Kigbafori SORO.
Cette situation, confirme si besoin en était encore que la Côte d’lvoire a quitté l’Etat de droit,puisque ces agissements sont commis dans le seul but de faire pression sur M. Guillaume
Kigbafori SORO afin qu’il renonce à concourir à l’élection présidentielle. Or, tout ceci n’entame en rien la détermination de M. Guillaume Kigbafori SORO à concourir et à remporter l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, ainsi qu’à engager toutes les voies de
droit pertinentes afin de faire sanctionner les auteurs de ces traitements cruels, inhumains et dégradants précités.

Fait à Paris, le 12 septembre 2020
Affoussy BAMBA
Docteur en Droit
Avocat au Barreau de Paris

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici