Audace24

Soutenance de thèse de Doctorat: Mention très honorable pour Dr Kouassi Gbogou Amagos Apolos

L’impétrant est 2e à partir de la gauche entre le professeur Alain Laurent Aboa et le prof Assi kaudjhis. A l’extrême droite c’est le prof Goran Koffi

Mention très honorable pour Kouassi Gbogou Amagos Appolos. À l’issue de la soutenance de doctorat en art, culture et développement à l’Institut national supérieur des arts et de l’ action culturelle (INSAAC) d’Abidjan, ce lundi 28 décembre 2020, au sein de l’Institut. Le thème de l’étude  portait sur  «Du système do mobil à l’obtention du tonic solfa: une compétence pour la formation des étudiants de l’École supérieure de musique et de danse en Côte d’Ivoire». L’impétrant a défini le do mobil comme un système de désignation de notes de  musique par noms de syllabes et qui facilite la lecture à vue de la musique. En permettant au chanteur d’associer toujours un intervalle musical donné à deux syllabes quelconques.  Ainsi, un symbole de clefs et des indicateurs de gamme diatonique sont utilisés pour indiquer des hauteurs tonales diatoniques sur la portée.  Il a dit que c’est une approche plus dynamique de la pratique musicale en déchiffrage paroles, en chant, en solfège rythmique et chanté, la pratique  instrumentale et l’orchestration. Il permet d’explorer les différents contours de la transposition en do mobil et d’aboutir à la transcription du tonic solfa. En termes simplifiés, pour les lecteurs non initiés à l’étude de musique, le directeur de thèse, le professeur Goran Koffi a dit que le système do mobil est une méthode qui permet de pratiquer la musique sans forcément faire des études théoriques de musique. 

Kouassi Gbogou Amagos Appolis a démontré, à partir d’enquêtes menées sur le terrain, que les différents résultats obtenus convergent dans le sens de l’intégration du système do mobil et le tonic solfa à la formation musicale.

Ce qui contribuera à rendre compétitif les étudiants sur le terrain, pour que le système do mobil transcende son cadre naturel, le milieu traditionnel anglo-saxon pour devenir une activité  formelle au  service de la formation des étudiants de l’École Supérieure de musique et de danse de l’INSAAC.

Le jury était composé des professeurs  Assi Kaudjhis (président),   Goran Koffi ( directeur de thèse), Alain Laurent Aboa et Kossi Titrikrou. Professeur à l’université de Lomé, ce dernier n’a pas pu effectuer le déplacement à cause du COVID-19. Mais, il a fait venir ses observations.  De ces observations, tout comme de celles des autres membres du jury, l’on retiendra des critiques de forme et de fond. Mais un fond qui les autorise à déduire que Kouassi   Gbogou Amagos Appolos a mené une étude audacieuse dont les résultats, s’ils sont retenus par le système académique de l’INSAAC pourraient apporter un plus aux étudiants sans totalement remettre en cause le système classique en vigueur depuis longtemps. Aussi, lui ont-ils accordé la mention très honorable. 

Le tout nouveau docteur en art, culture et développement est un pur produit de l’INSAAC. Il a fait la terminale et les études supérieures et y enseigne depuis quelques années. Tous ses maîtres musicologues étaient à sa soutenance. Il leur a tous rendu hommage et remercié  Dieu pour sa grâce.

Dan Opéli