Samba David se livre, à travers son livre

«Ma vie au service du combat pour le respect des droits et libertés». Tel est l’intitulé, à la sémantique sans équivoque, du livre écrit par Samba David, Coordonnateur national de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire (Cici). Dans cet ouvrage livresque, Samba David dévoile ses motivations et les fondements de son abnégation dans la lutte qu’il a embrassée depuis des lustres. Pour la défense sans réserve des droits légitimes des opprimés et des exclus. Dans une société forgée aux pas de capitalistes englués et obnubilés par le gain du profit. Sur le dos des plus faibles. Dans ce combat, Samba se présente et se distingue comme le porte-étendard du combat de la dignité à reconquérir et un rempart face à l’oppression. Un choix délibéré au service des causes justes. Un engagement qui lui a valu de payer le prix au plus fort. Par des années de détention arbitraire. Comme le dépeint avec minutie l’éditeur du livre. « Samba David nous propose de lire, eu égard son expérience personnelle, son témoignage des injustices et des actes de violences perpétrés, tant sur les citoyens ordinaires que sur les militants politiques, par le régime au pouvoir dans son propre pays, la Côte d’Ivoire», explique l’éditeur. Et de poursuivre pour soutenir que l’auteur parle également du dysfonctionnement de l’appareil judiciaire instrumentalisé. Non sans aborder son élan irréversible, pris dans la lutte sociale. «Pour la justice et pour le respect des droits humains et des libertés fondamentales », relève l’éditeur. Avant de conclure sur les variables cognitives qui confèrent au livre tout son intérêt. «En plus de sa dimension autobiographique, ce livre-témoignage de Samba David est un véritable plaidoyer pour l’engagement social et politique de la jeunesse africaine. C’est en cela que ce livre est intéressant et fort instructif», plante-t-il à propos de l’ouvrage. Qui n’est autre qu’un condensé de relations de faits, de témoignages et de motivations à travers lesquels, l’auteur décline son identité au public. Bonne lecture !

Marcel Dezogno

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici