GUINEE

Heurts entre des manifestants et des bérets rouges déployés à Kankan

Les jeunes de la ville de Kankan dans la région de la Haute Guinée ont manifesté, ce mardi 21 juillet, pour exiger la fin des délestages. C’est la quatrième manifestation du genre dans ce fief du RPG, le parti au présidentiel, depuis un mois. Mais cette fois-ci, la marche a dégénéré et les bérets rouges ont même été appelés.
les manifestants réclament depuis plusieurs semaines la fin des délestages et la fourniture d’électricité dans cette ville acquise au pouvoir. Selon Souleymane Sacko, l’un des leaders du mouvement des citoyens pour l’électrification de la Haute Guinée, mouvement qui mène cette fronde sociale, ils avaient organisé une marche pacifique afin d’aller remettre leur doléance au gouverneur pour la construction d’un barrage hydroélectrique à Kankan, confrontée à d’énormes problèmes récurrents d’électricité.
C’est pendant cette marche que les forces de l’ordre sont intervenues pour disperser les manifestants à coup de gaz lacrymogène. Il y a eu des jets de projectiles de la part des manifestants. La police s’est rapidement retrouvée débordée et les bérets rouges, la garde présidentielle, a été appelée en renfort puisque l’armée guinéenne dispose d’une caserne à Kankan.

     COOPÉRATION 

Percée diplomatique et économique de la Turquie en Afrique

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, est sur le continent africain depuis lundi pour une visite au Niger, en Guinée équatoriale et au Togo, où le diplomate turc a passé quelques heures pour signer trois accords et annoncer l’ouverture prochaine d’une ambassade turque à Lomé.
C’est la première visite d’un officiel turc de ce rang depuis l’indépendance du Togo et, pour cette première, trois accords ont été officiellement signés. Le Togo est à la recherche de partenaire pour son plan national de développement, et la Turquie peut en être un. Elle envisage d’ouvrir une ambassade prochainement à Lomé et le début imminent des vols de Turkish Airlines pour desservir Lomé.

     AFRIQUE DU SUD

Décès d’un compagnon de lutte de Mandela

L’une des figures de la lutte anti-apartheid en Afrique du Sud, Andrew Mlangeni, célèbre compagnon de route et de captivité de Nelson Mandela, est mort à l‘âge de 95 ans, a annoncé mercredi le président sud-africain Cyril Ramaphosa.
Dans un tweet, M. Ramaphosa a dit “avoir appris avec une profonde tristesse le décès dans la nuit” de mardi à mercredi d’Andrew Mlangeni.
Ce dernier avait été hospitalisé le 14 juillet dans un hôpital de Pretoria pour des douleurs abdominales, selon la présidence.
Son décès “marque la fin d’une génération et place notre avenir dans nos mains”, a ajouté le président dans un communiqué.

         TUNISIE

Retour des touristes

Les touristes sont de retour sur les plages tunisiennes après la reprise des vols charters vers ce pays d’Afrique du Nord, après une interruption de plus de trois mois due à la pandémie de coronavirus.
Quelque 155 vacanciers masqués sont arrivés la semaine dernière sur l‘île balnéaire de Djerba avec des contrôles de température.
“Nous ne pouvons pas sauver toute la saison, mais nous allons tout essayer pour en sauver une partie et surtout pour rétablir la confiance. C’est le plus important pour l’instant”, annonce Mohamed Ali Toumi, ministre tunisien du Tourisme .

                 SYRIE

Des législatives sans l’opposition

Bachar Al-Assad, fragilisé par la crise économique, s’est offert un parlement à sa main, composé de membres du parti Baas, d’anciens miliciens et d’affairistes pro-régime. Aucun opposant n’a participé au scrutin.
Les élections législatives organisées dimanche 19 juillet en Syrie, sous l’étroite tutelle des services de sécurité, ont débouché sur la victoire sans surprise du Baas, le parti au pouvoir, inféodé au clan Assad. Cette formation et les petits partis qui gravitent dans son orbite, regroupés au sein du Front national progressiste (FNP), ont remporté 177 des 250 sièges du Conseil du peuple, le Parlement syrien. Le taux de participation s’est élevé à 33 %, contre 57 % lors des législatives de 2016, signe du désintérêt de la population, accablée par une crise économique d’une violence sans précédent.
Ces résultats, communiqués par la commission électorale, au cours d’une conférence de presse tenue mardi 21 juillet à Damas, sont conformes à la règle non écrite qui attribue au moins les deux tiers de la Chambre à cette coalition. Lors du précédent scrutin, le Baas et ses satellites avaient obtenu un score à peu près équivalent, 187 sièges. Aucun membre de l’opposition dite « tolérée », installée à Damas, qui n’appelle pas au départ du président Bachar Al-Assad, n’a concouru aux élections. La prétendue opposition prorusse, téléguidée par le Kremlin, protecteur du régime syrien, n’avait pas non plus présentés.

AFGANISTAN 

Une adolescente abat deux talibans qui avaient tué ses parents

Une adolescente afghane a tué deux talibans et en a blessé plusieurs autres pour venger ses parents que les insurgés venaient d’abattre devant leur maison, en raison de leur appui au gouvernement, ont indiqué des responsables locaux. L’incident s’est produit la semaine dernière lorsque des insurgés ont fait irruption au domicile de Qamar Gul, l’adolescente dont le père était le chef du village de la province centrale de Ghor.
Les Talibans recherchaient son père parce qu’il soutenait le gouvernement, a indiqué le chef de la police locale Habiburahman Malekzada. Ils l’ont traîné hors de la maison et lorsque sa femme a résisté, les talibans ont abattu le couple devant leur maison, selon le chef de la police. « Qamar Gul, qui se trouvait à l’intérieur de la maison, a alors saisi une mitraillette appartenant à la famille. Elle a tué les deux talibans qui ont abattu ses parents, et blessé plusieurs autres », a-t-il ajouté.

Une sélection de Dan Opéli

Sources RFI, Le Monde, Africanews, AFP

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici